arbrakabane.fr
arbrakabane.fr arbrakabane.fr

Annotte
31420 Peyrissas

06 85 98 74 37
05 61 90 70 57

annotte@arbrakabane.fr

Facebook arbrakabane.fr

arbrakabane.fr
A découvrir sur place ...

FABAS : Le Lac (à 10 minutes)

Ce lac, bordé de l'immense Forêt de Salherm (470 ha), se donne en automne des airs de petit Canada. C'est le rendez vous des promeneurs, joggers, pêcheurs (carte de pêche obligatoire), et plus généralement, tous les amoureux de la nature et du calme.. Si vous avez de la chance, vous verrez peut être un chevreuil nager pour rejoindre l'autre rive !


BOUSSAN : Maison Patrimoniale de Barthète (à 10 minutes)
Au sein des anciens thermes de Boussan, la Maison Patrimoniale de Barthète vous accueille dans ses collections :
  • Faïences régionales & commingeoises, carreaux de faïence ;
  • Poteries traditionnelles du Sud-Ouest ;
  • Expositions d'art contemporain.


ALAN : Palais des Evêques (à 15 minutes)
À la fin du XVe siècle, l'évêque Jean de Foix de Grailly transforma sa demeure en un fastueux palais décoré de fresques, disparues pour la plupart ; la tour orthogonale abritant un escalier à vis est un chef d'œuvre de l'art gothique flamboyant, avec son tympan orné d'une vache monumentale sculptée. A la Révolution l'édifice fut divisé et vendu comme bien national. En 1912 la célèbre vache, menacée d'être vendue à un amateur d'art étranger et exportée, fut défendue et sauvée par les habitants d'Alan. Le tympan fut classé monument historique.


AURIGNAC : Donjon / Musée de la préhistoire (à 15 minutes)

Au Moyen Age, la puissante famille des Comminges divisa son territoire en huit châtellenies.
Muret jouait le rôle de chef-lieu et abritait la résidence officielle du comte, tandis qu' Aurignac tenait une place très importante en raison de ses défenses naturelles et de sa population nombreuse. Comme dans chacune des unités, un château fort y fut édifié entre 1230 et 1240.
Son donjon est composé de trois salles superposés, hautes de 5 mètres et larges de 3,4 mètres. Un escalier bâti dans l'épaisseur du mur permet d'accéder à la plate-forme supérieure. La construction était surtout utilisée comme point d'orientation et de guet. Elle est entourée d'une enceinte rectangulaire de 40 mètres sur 16, dont les remparts ont de 1,5 à 2 mètres d'épaisseur.
Du haut du donjon, vous profiterez d'une belle vue sur la campagne environnante et la table d'orientation vous dévoilera tous les noms !

Horaires de visite : du mardi au samedi : 11h-13h / 15h-17h. Dimanche et jours fériés : 11h-13h.
Adultes : 3€. Habitants du canton et enfants de moins de 12 ans : gratuit. Groupes (à partir de 4 personnes) : 2€.
Si vous êtes intéressés, en cas de fermeture, merci de vous adresser à l'Office de Tourisme : 05-61-98-70-06.

Vous pourrez aussi vous promener jusqu'à l'abri préhistorique :
La grotte, camouflée dans une falaise calcaire, fut découverte en 1852 par Jean-Baptiste Bonnemaison. Dix sept squelettes furent alors identifiés et enterrés au cimetière.
Puis, elle fut étudiée à partir de 1860 part Édouard Lartet, un passionné de paléontologie et l'un des inventeurs de la science préhistorique.
Site éponyme de l'Aurignacien, cette grotte est d'une grande richesse archéologique en particulier en ce qui concerne les vestiges aurignaciens.


MARTRES-TOLOSANE : Faïenceries (25 minutes)

Vous trouverez plusieurs faïenceries à Martres-Tolosane.
La faïence : née de l'alliance de la terre, de l'eau et du feu, entièrement travaillée et décorée à la main, la faïence au grand feu des ateliers des faïenceries de Martres-Tolosane perpétue plus de trois siècles de talent et de tradition.
Mais vous pourrez également y admirer deux sculptures de Jean-Louis Toutain : une à côté de l'église (le Potier) et une sur le rond point direction Boussens (les Cyclistes). Né à Toulouse le 17 mai 1948, il est décédé le 15 mai 2008 des suites d'une longue maladie. Le peintre-sculpteur de Montbrun-Bocage dont les œuvres généreuses ornent plusieurs places et jardins de Toulouse et de la région, était venu parrainer (pour la deuxième fois) le Salon des Arts à Martres-Tolosane, en novembre 2007. Venez découvrir la démesure de Toutain : des humanoïdes volumineux, tout en rondeurs, surmontés d'une tête minuscule, qui affichent avec humour et tendresse une joie de vivre communicative.


ARNAUD-GUILHEM : Abbaye de Bonnefont (à 30 minutes)
L'Abbaye a été fondée en 1136 sur un territoire donné par flandrine de Montpezat (Saint Martory). Devenue bien national à la Révolution, l'abbaye est vendue et les bâtiments démantelés par les nouveaux propriétaires. Une grande partie du cloître est à Saint-Gaudens, mais on peut trouver des éléments lui ayant appartenu un peu partout aux alentours : à Lestelle, St Martory et Touille par exemple. Les Etats-Unis eux-mêmes possèdent une partie de l'abbaye : en effet, le Metropolitan Museum of Art de New York présente une reconstitution du cloître (1ère moitié du XIII) avec ses colonnettes de marbre.
CARDEILHAC : Arboretum (à 30 minutes)
MONTMAURIN : Villa Gallo-Romaine (à 35 minutes)
MONTSAUNES : Eglise des Templiers (à 35 minutes)
Montsaunès fut fondée par les Templiers vers 1156. La diversité de leurs biens, les nombreux droits féodaux dont ils disposaient firent qu'ils représentèrent pendant un temps la première puissance économique de la région. L'ordre fut dissout par Philippe IV le Bel en 1307, et leur biens et droits revinrent aux chevaliers de St Jean de Jérusalem. Le droit de haute juste justice exercé par les templiers revint donc aux hospitaliers jusqu'à la Révolution, ainsi que les redevances annuelles dues  sur four, forge et moulin.

La Commanderie, ou l'église Saint-Christophe-des-Templiers date de 1180.
Elle est bâtie sur un plan simple selon le modèle édifié en palestine.
Bertrand de Goth (futur pape Clément V) vouait à la commanderie templière une attention occulte toute particulière.
Une légende assure que l'église détiendrait encore un savoir magique lié à un secret du pape mis sous la protection des souterrains de cette église après la chute du temple...
SAINT-GAUDENS : Cloître et Collégiale Saint-Pierre (à 35 minutes)
La Collégiale Saint-Pierre et Saint-Gaudens est datée des 11ème- 19ème siècles. C'était l'église d'un collège de chanoines. La présence d'une communauté de religieux Bénédictins était attestée à Saint-Gaudens depuis le 9ème siècle, mais c'est vers 1060 que l'évêque du Comminges, Bernard, remit à une communauté de chanoines une église dont il avait commencé la construction.

Le cloître est une reconstitution datant de 1989, réalisée par des restaurateurs de monuments historiques et des historiens.
La galerie nord évoque l'époque romane, avec ses chapiteaux du 12ème siècle, et la galerie est : le style gothique méridional du 14ème siècle. Le sol est restauré avec des galets de la Garonne.

Les heures d'ouverture de ce cloître sont très aléatoires, car elles dépendent de la présence de son gardien…. Il est en principe ouvert de 9h à 19h, avec une pause au déjeuner, mais il se peut très bien que vous le trouviez fermé ! Vous pouvez toujours le voir à travers les grilles…
SAINT-JULIEN : Village Gaulois (à 50 minutes)
SAINT-BERTRAND DE COMMINGES : Cathédrale (à 60 minutes)
VALCABRERE : Basilique (à 60 minutes)
TOULOUSE : Cité de l'espace (à 60 minutes)